Jour 1 : Les orphelins du Cajen, ces « perles » de Japoma

  
Melting Pot
L’horloge de la montre de Serge (le Président) eut tôt fait d’afficher 10h10, que d’une voix forte il s’adressa à la quinzaine de bénévoles spontanément rassemblés sur le parking de Casino (Douala) pour inaugurer la 3ième édition du "road trip" de Melting Pot Development. Bien que venus de partout (de Yaoundé ou Bamenda en passant par Edéa), c'est aux couleurs de la solidarité et du partage, que des jeunes de tout horizon, étudiants ou travailleurs, chômeurs ou stagiaires ont choisi d’habiller leur temps et leur énergie. Première étape de ce long périple qui mènera nos participants à travers 6 villes du Cameroun (japoma, Tiko, Bamenda, Bertoua, Nkoabang et Ebebda), l’orphelinat Cajen à Japoma. Fondé en 2002 par Mme  Yebna Bassong Maximilienne une enseignante au grand coeur, ce lieu retiré de tout, abrite 22 enfants en bas âge. S'y rendre n’est assurément pas une mince affaire pour l'équipe de bénévoles, qui doit braver outre les embouteillages, les routes et sentiers rendus impraticables par la pluie et l'absence de bitume. Pourtant à en croire la bonne humeur générale, pour qui veut aider, les obstacles renforcent la détermination.

 

 
Parvenus aux portes de l'orphelinat, c’est maculés de boue mais sans jamais se départir de leur sourire, que l'équipe MPD se met à pied d’œuvre pour amener une quantité non négligeable de dons auprès des enfants, intimidés par ce spectacle. Parmi ces modestes présents,  de grands sacs de riz, de nombreux cartons de biscuits, des palettes de jus et bonbonnes d’eau mais aussi trousses, cartables et stylos, pour ne citer que cela..

.  

  
Melting Pot

Sitôt accueillis, la Directrice de l’établissement, fait alors visiter les lieux à ses invités du jour. De la modeste salle d'études, en passant par la petite bibliothèque pour enfants,  la salle informatique, et le forage... tout est sujet à saluer les efforts gigantesques abattus par cette veuve au revenu modeste, mais à la foi solide. Toutefois, malgré sa bonne volonté, et l’aide ponctuelle de donateurs tels que ceux du jour, de nombreuses difficultés subsistent : absence de soutien des pouvoirs publics, besoins matériels pour achever la construction d'un dortoir (tôles...), besoins en termes de livres pour enfants, manque de moyens pour assurer la scolarité des enfants parvenus en classe de classe de 6ième…   

 
Melting Pot

Ce furent des moments d'intenses émotions que d’écouter le récit de cette dame. Toutefois, à la fin de la visite, la joie communicative et la complicité qui s'installèrent entre enfants et jeunes adultes, firent oublier l'instant d'un après-midi, la dureté de la vie.

Au moment de se quitter, saluant chaleureusement leurs visiteurs, Boris, Laetitia, jeanneda, Madeleine et les autres enfants ... se mirent en rang pour regarder partir leurs "grands frères et grandes sœurs".

 

16h00 déjà ? :o Zut,

on n’a pas vu le temps passer, et pourtant déjà il nous faut nous mettre en route pour Tiko ... Mais avant, il faut désembourber.  Au final, la boue omniprésente tout le long de ce voyage et les nombreux embouteillages,  auront finalement raison du programme initial :   

 

Il faudra donc pour ces âmes de bonne volonté, attendre quelques semaines, avant de se rendre au Dorcas Orphanage de Tiko, pour apporter réconfort et amour aux little angels de Madame Mouangué.

 

Jour 2 : Bamenda “I no fi forget you”  

 
Melting Pot
Whoever thought a speechless person is necessarily an indifferent one, has surely never been to Bamenda, foreseen the beautiful landscape of Abakwa, listened to the Garden for Education And Healing (GEAH) astonishing choir, heard sister Anne touching voice, tasted the delicious meals prepared by our hosts, and probably never experienced the greatness of love and sharing. 
 

Looking back through their memories, none of the Melting Pot Development Association volunteers has expected to be received in such a heartwarming atmosphere. 

They went to Bamenda, leaving Yaounde or Douala, going under a rainy sky, facing a dangerous and impracticable road, arrived with their arms full of gifts, but definitely left their hosts, filled of positive energy, hope and good willing.
  

For the second stage of the 2013 MPD Road Trip, the 15 volunteers present in Bamenda, visited a very particular orphanage, called the Garden for Education And Healing of Bamenda. Received by almost thirty children, the MPD team was pleasantly surprised by the warmth of the greeting ceremonial. From reverend Samuel, the founder of this institution which takes care of seven hundred children, to sister Anne, the one in charge of the mother role in this place, the hosts were grateful.    


 
Melting Pot

They talked about GEAH’s several achievements since MPD last visit: admissions of the children among them a freshly GCO level graduated, reminded us about their 100% scholar success rates in official exams, their incredible victory against Malaria (none of their children suffered from Malaria, during the last 7 years), their successful policy of self-sufficiency (alimentary, economically and medically). 

  

Nowadays, GEAH still needs a financial support to improve their researches on botany, the quality of drugs production and technical interventions (brain tumors…). Indeed even if the youngest campus of GHE, started in 2000, is still not complete yet, it could be quoted as a model.
Well organized, everything is structured and a short glance on the task-boards reinsures you that nothing is left behind. Needs, actors, aims and responsibilities, everything is taken into consideration. 

 
Melting Pot

By giving an important quantity of boxes of biscuits, sweets, soft drinks, oil, soaps, pens, schoolbags…
MPD not only intended to ease the daily life of those children, but in a certain way, tried as reverend Samuel said, to plant into their life. 

 

Jour 3 : La fondation Marie France de Bertoua 

 
Melting Pot

Pour sa première visite à Bertoua, Melting Pot Development avait à cœur de rallier à sa grande opération caritative, une ville que l’on disait enclavée, abandonnée de tous.  

 

A leur arrivée dans l’enceinte de la fondation Marie France, située au quartier Mokolo, l’équipe MPD est accueillie par une trentaine d’enfants sur la soixantaine que Madame Mandari Marie France a quotidiennement la charge. L’établissement compte 22 internes et 47 externes (ceux disposant d’une famille proche), Celle qui créa en 2003 la fondation Marie France de Bertoua, explique sans ambages son enfance difficile, et la dette morale qu’elle entretient vis-à-vis de ses protégés. "Ensemble donnons à l’enfant un avenir meilleur", c’est le credo qu’elle choisit alors.   

 

Aujourd’hui gestionnaire des forêts communautaires et propriétaire de petits commerces, elle autofinance seule cette structure où œuvrent à temps plein, 4 bénévoles. De Nadège qui s’occupe de la propreté, à son secrétaire, ou même les 2 bénévoles du ministère des affaires sociales, elle ne dit que du bien. Car là dans ces murs, où les enfants dorment entre 3 et 4 par chambre, l’heure n’est pas toujours à la fête et bien des tragédies peuvent se lire derrière les visages des bambins souriants dont nous faisons la connaissance.   

  
Melting Pot
Melting Pot
Prenez Barack, aujourd’hui du haut de ses 3 ans, c’est un môme qui ne paie pas de mine et est à peine intimidé par ces nouveaux visiteurs. Bébé pourtant, il est abandonné par sa mère biologique auprès d’une soigneuse indigène, afin de guérir une rougeole. Au bout de 3 semaines de recherche, la soigneuse elle-même handicapée et pouvant difficilement subvenir à ses besoins, se résout à contacter le service social régional. 
 Que dire d’Aminatou dont la mère, fut atteinte d’une crise de follie à sa naissance, ou même du cas de ces enfants issus de grossesse indésirables contractées entre migrants centrafricains et des autochtones, abandonnés dans une chambrette d’hôtel. 



 

Tous souriants et joyeux en ce jour de fête, ils ont assurément eu plus de chances que la petite Dora. Abandonnée par sa mère et recueillie par la Fondation Marie France, Dora sera récupérée par son géniteur peu de temps après son arrivée. Suite à des actes de maltraitance dans le foyer de celui-ci, elle finit par rendre l’âme quelques mois après. Pour l’heure, à la fondation Marie France, des enfants en bonne santé et régulièrement contrôlés par le Ministère des Affaires Sociales et les partenaires institutionnels (Unicef), se proposent d’accueillir leurs visiteurs par des chants dont l’hymne de remerciements de la fondation.
Ferveur et foi animent le discours de bienvenue de la fondatrice, qui a même consacré un album musical à la promotion de l’œuvre caritative de la fondation. Soucieuse d’achever une pleine diversification de ses sources de financement, la fondation dispose d’un site d’une dizaine d’hectares, à Lom Pangar.
Là-bas, le temps de leurs vacances, les enfants apprennent, l’agriculture portée par des plants de macabo, plantains, et même un étang dédié à la pisciculture.
Parmi les problématiques majeures, il y a le paiement des frais de scolarité et la carence de médicaments, pour ne citer que celles-là. Pourtant, le rêve que se prend à faire notre hôte aujourd’hui, est l’ouverture future, d’une salle de conférences d’envergure régionale et d’un centre d’hébergement d’une capacité de 30 places, afin de participer au rayonnement touristique de la région, tout en enrichissant les dotations de la fondation.
Convaincue que l’avènement d’un tel projet, combiné à celui de son domaine agricole et piscicole, finiraient par autonomiser durablement sa fondation, Mme Mandari, se dit prête à accueillir tout soutien de bonne volonté.
Une aide pouvant même revêtir l’allure d’un coup de pouce technologique, car les connaissances en informatique, pour valoriser le projet qu’elle a intégralement écrit, dit-elle, lui font défaut. 

  


Contact de la Fondation Marie France de Bertoua: Judikos2000@yahoo.fr,  fondationmariefrance@yahoo.fr 

  

Jour 4 : Un jour pas comme les autres, au Dorcas Orphanage de Tiko 

 
Melting Pot
Imaginez un peu que l’idole de toute une jeunesse, une star incontestée de la musique nationale, un visage bien connu de tous les amoureux du petit écran, fasse brutalement irruption dans votre salon et vienne faire dire à chacun de vos enfants, fan devant l’éternel, « Tu es mon plus beau cadeau, Mon koki mon plat de mbongo » … Voilà, vous savez déjà tout ou presque de ce qu’ont pu ressentir les 23 enfants du Dorcas Orphanage de Tiko, à la vue du lauréat du Canal d’or 2013, le rappeur Duc-Z   
 

Venue les bras chargés de cadeaux (biscuits, boissons, eau, riz, savons …), la dizaine de bénévoles du MPD ROAD TRIP2013, était d’autant plus enthousiaste en cette matinée du 17 Août, que les enfants n’auront pas boudé leur plaisir à poser plus que d’habitude avec leurs bienfaiteurs du jour.
Après le traditionnel mot de bienvenue de la Directrice, c’est dans une ambiance bonne enfant, que chacun des membres de la délégation se présenta, avant de céder le témoin à chacun de leurs hôtes.
Point d’orgue de cet intense moment de communion, la reprise a capella du tube « african mamy » par Duc-z, devant des enfants émus mais enthousiastes, connaisseurs avertis de ce hit musical.
C’est que l’heure était aux réjouissances au Dorcas Orphanage, où l’on dénombre des diplômés de l’entrée en 6e, du brevet, et même au probatoire. Pour ces enfants dont le bilinguisme ne manqua pas d’étonner les bénévoles récemment intégrés, les rêves sont loin de faire défaut… L’un veut être Président de la République et ne manque pas de poser auprès des bénévoles comme futur chef de l’état, tandis qu’une autre veut devenir ingénieure en mécanique.
C’est qu’avec la santé et une bonne alimentation, il est permis de croire en un avenir meilleur, voilà pourquoi aux multiples dons de produits de première nécessité, Melting Pot Development, a cru bon d’ajouter une trousse de pharmacie (alcool, médicaments contre la malaria, pansements , ouate ...)
Toutefois, le faste de l’accueil n’aura pas maquillé longtemps les enjeux qui demeurent préoccupants pour la survie de cet orphelinat. A savoir, le local de l’orphelinat qui est de plus en plus exigu (23 enfants, 3 chambres), souffre d’infiltrations de pluie (les planches du plafond sont pourries et menacent de s’effondrer sur les enfants, les vitres cassées laissent passer la pluie...) et malgré les nombreuses correspondances menées à l’endroit de la bailleresse, de la Mairie ou de a Sous préfecture de Tiko, la situation demeure inchangée.
Malgré ses faibles moyens, Mme Dorcas Mouangue, fonctionnaire à l’Aes Sonel, veut croire en la continuité de la générosité de ses bienfaiteurs et témoignera tout au long de cette journée, de sa reconnaissance pour Melting Pot Development, présente à ses cotés depuis 2007. 

 
L’équipe MPD s’associe aux enfants de la Fondation Marie France de Bertoua, pour saluer l’aide de ses généreux bienfaiteurs parmi lesquels : TV5SupermontOKfoodDigicamet bien d’autres donateurs anonymes. 
Melting Pot

MPD Road Trip

Le MPD Road trip est un voyage socio‐touristique ayant pour objectif de sensibiliser les participants à la réalité quotidienne des populations démunies. Août 2013 marque la 3ème édition. Découvrez les photos!





Retrouvez toutes les photos du Road Trip 2013 et des précédentes années en cliquant sur le lien ci-contre de la page 
MPD Road Trip
La prochaine édition arrive à grands pas, n'hésitez pas à nous contacter pour faire partie de l'aventure!